Pat Garrett & Billy the Kid

Pat Garrett et Billy the Kid

MERCREDI 24 MAI À 20H15 – VOST
CYCLE WESTERN : causerie-échange autour du film en particulier et du Western en général à la fin de la séance =)

 

Date de sortie : 20 septembre 1973 (2h 02min) ; 23 septembre 2015 – Version restaurée
De Sam Peckinpah
Avec James Coburn, Bob Dylan, Kris Kristofferson
Western, Drame, Action, Historique
USA
Tous publics

 

En 1881, Pat Garrett est nommé shérif du comté de Lincoln. Grand propriétaire terrien et homme fort de la région, Chisum lui demande de chasser William Bonney, un jeune hors-la-loi que l’on surnomme Billy the Kid. Pat se rend auprès de Billy qui n’est autre que son ami et lui conseille de fuir. Blessé dans son orgueil, Billy ne l’entend pas de cette oreille etreste dans le comté en compagnie de ses hommes de main. Pat et les sbires de Chisum prennent alors d’assaut la maison où le gang de Billy est réfugié. Après une fusillade meurtrière, Billy est menotté puis conduit en prison. Condamné à la pendaison, il trouve néanmoins le moyen de s’échapper après avoir abattu l’adjoint de Pat Garrett. Les politiciens et autres huiles de la région ordonnent alors à Garrett de retrouver et éliminer Billy. A contre-cœur, Pat accepte sa mission et part sur les traces de son ami…

 

La fiche complète sur Allociné

« Peckinpah réalise certainement ici les plus belles séquences de sa carrière et atteint un niveau de lyrisme rare dans l’histoire du western. Pour y arriver, le réalisateur accentue plus que jamais l’atmosphère crépusculaire de sa mise en scène. Avec Coups de feu dans la Sierra, Peckinpah signait pour son deuxième film une œuvre charnière, le premier vrai western dit « crépusculaire’’. Avec Pat Garrett et Billy the Kid ce style atteint son paroxysme avec de nombreuses scènes filmées dans la lumière du soleil couchant. Les images se succèdent dans un montage parfait tandis que la photographie de John Coquillon métamorphose l’écran de cinéma en toile de maître. La mise en scène de Sam Peckinpah touche au sublime, atteignant une forme de nirvana dont le spectateur ne sortira probablement pas intact. »

– François-Olivier Lefèvre, DVDClassik

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrPin on PinterestShare on Google+Email this to someone
Tagged , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *