L’aigle et l’enfant

L'Aigle et l'Enfant

JEUDI 4 AOÛT À 20H15 – VF
LUNDI 8 AOÛT À 20H15 – VF

 

Date de sortie : 6 juillet 2016 (1h 37min)
De Gerardo Olivares, Otmar Penker
Avec Jean Reno, Tobias Moretti, Manuel Camacho
Famille, Aventure
Nationalités Autrichienne, Espagnole
Tous publics – À partir de 6 ans

 

L’histoire époustouflante de l’amitié entre un garçon nommé Lukas, son aigle Abel et Danzer, le garde forestier. Lukas, un jeune garçon élevé par un père autoritaire, recueille un aiglon tombé du nid. Il nomme son nouveau compagnon Abel et s’en occupe en secret avec l’aide de Danzer. L’aigle et l’enfant s’apprivoisent et grandissent ensemble. Mais, lorsque vient le jour pour Abel de prendre son envol, Lukas parviendra-t-il, lui aussi, à prendre le sien ?

 

 

 

La fiche complète sur allocine.fr

 

Le saviez-vous ?

 

LE TOURNAGE DES SCÈNES ANIMALIÈRES ET DE PAYSAGES
Afin de filmer les scènes des animaux dans leur habitat naturel, Otmar Penker devait disposer d’un long temps de tournage. Ainsi, il a commencé à tourner avant même que l’écriture du scénario ne soit achevée. En 2011, Penker, entouré d’une petite équipe dédiée, a débuté le tournage des scènes concernant l’aigle. Ce tournage se fit surtout dans le sud du plus grand parc national autrichien : le National Park Hohe Tauern.
« Durant cette phase du projet, le plus grand challenge était la viabilité logistique et technique. Il a fallu des centaines de kilos de matériel pour tourner ces scènes. Il fallait marcher pendant des heures avant d’atteindre ces lieux qui sont des endroits des Alpes pratiquement inaccessibles. Nous avons parfois atteint les limites de nos capacités physiques. »
Otmar Penker

 

INTERVIEW JEAN RENO
Mon personnage est un homme qui travaille en forêt, une sorte de divinité qui s’occupe de la forêt, qui prend soin des arbres, des animaux, des plantes… c’est un type solitaire, et il va se retrouver à prendre soin de cet enfant. Il va essayer de lui enseigner ce qu’il sait à propos des aigles. Pour moi, c’est un film pour les familles. Il y aura de l’action… Mais c’est un film que toute la famille peut apprécier.
Vous savez, c’est comme jouer au tennis. Je compare toujours mon travail avec une partie de tennis. Si le joueur en face de vous n’est pas bon, c’est plus difficile de bien s’ajuster à la scène. Si le joueur est bon, en revanche, on fera un bon match. Et Toby (Tobias Moretti) était bon et rapide, donc c’était facile. Ce fut un plaisir de travailler avec lui. Gerardo Olivares, c’est le genre de type qui est très rapide, il sait exactement ce qu’il veut, il n’est pas tout le temps à chercher, à se dire «Où est-ce que je vais mettre ma caméra ?», «Qu’est-ce que Jean doit faire ici ?», non c’est vraiment un réalisateur très efficace.
Vous savez, j’ai travaillé avec beaucoup d’enfants durant ma carrière, et généralement je fais les choses à ma manière et je laisse l’enfant découvrir et observer ce que je fais, je ne veux pas lui dire ce qu’il a à faire, il avait un coach pour ça. Mon style c’est de faire les choses à ma manière et de laisser les gens libres de faire de même.

 

Pour lire la totalité du Dossier de presse, c’est ici !

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrPin on PinterestShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *